Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par safetyfirst

Le taux de fréquence révèle la sinistralité corporelle visible d'une organisation. C'est un indicateur international bien que parfois le facteur 1.000.000 est de 200.000.

 

C'est cependant un indicateur faussé selon la politique d'entreprise en place :

  • y a-t-il un médecin interne qui permet d'éviter des consultations externes ?
  • un(e) infirmier(e) réalise-t-il des soins pour limiter la durée d'un arrêt ?
  • Des postes aménagés sont-ils identifiés et quelles pression pour les occuper .
  • une prime au"zéro accident" est-elle en place?
  • quelle est la protection sociale du pays?
  • ...

 

Les dysfonctionnements quotidiens amènent aux événements plus graves.

Que ce soit l'une des trois "pyramides "ci-dessous, la lecture est la même, Chaque événement grave possède ses propres précurseurs, leur identification et leur maîtrise évitent des drames.

La conscience des situations à risques passe par l'acceptation du risque : en qualité de manager je dois être à l'écoute et réduire la survenue de ces précurseurs et en qualité d'opérateur de terrain je dois avoir la capacité à signaler un dysfonctionnement sans que cela soit mal perçu par le manager...

 

Parmi les piliers de la réussite d'une démarche S&ST, je peux vous proposer :

  • EXEMPLARITE
  • TRANSPARENCE
  • ENGAGEMENTBird.jpg

Pyramide de Bird 1969

 

 

 

 

Heinrich.jpg

triangle d'Heinrich 1933

 

 

TYE-AND-PEARSON.jpg

Tye & Pearson 1975

Pour chaque accident fatal ou impliquant des blessures majeures, il y a 3 accidents nécessitant plus de 3 jours d'arrêt, 50 blessures nécessitant des premiers soins, 80 dommages matériels et 400 presqu'événements (il s'en est fallu de peu).

 

Que ce soit l'une de ces 3 analyses, il est important de mettre en oeuvre une remontée terrain fiable et viable afin d'éviter des accidents graves.

Les situations à risques qu'un manager ne voient plus doivent être une alerte pour le préventeur car il passe souvent à côté, dans ce cas de toute la base de sa pyramide et donc n'a pas conscience de sa cartographie des risques professionnels.

Le préventeur doit aider à garder cet oeil neuf et néanmoins aguerri pour détecter les phases critiques sources potentielles d'accidents.

jerome

 

 

 

Commenter cet article

Cyrille 19/06/2013 22:23

Bonjour
Connaissez-vous le TRIR ?
Un des indicateurs de la performance d’une organisation sur le domaine de la santé-sécurité est bien évidemment le TF. Je rejoins Jérôme sur les limites de cet indicateur qui ne tient compte que
des événements entrainant un arrêt de travail.
Chacun d’entre nous connait l’importance des différentes pyramides présentées dans l’article et de l’analyse des causes de chacun de ces événement décrits
La pyramide des événements non souhaités et l’évaluation des risques sont donc les fondamentaux que chaque manager et chaque acteur d’une entreprise doivent avoir intégré pour atteindre le « Zéro
accident ».
La transparence (la confiance) est donc en effet un pilier. Ce pilier acquis. Un autre indicateur peut donc être utilisé. Il s’agit du TRIR (Total Recordable Injury Rate) – Taux d’incidents
déclarés
TRIR = Nbre total d’incident / Nbre d’heures travaillées x 1 000 000.

Les organisations matures sur le sujet de la SST le suivent depuis de nombreuses années. Il intègre l’ensemble des événements présents dans les pyramides. Ces organisations ont passé le cap du «
Zéro accident » pour viser le « Zéro incident » et préserver l’intégrité de chacun. Une condition de réussite : l’adhésion de chacun à la démarche sécurité !

Les piliers proposaient par Jérôme sont Exemplarité, Transparence et Engagement. D’autre pourrait proposer le TIC : Transparence – Implication – Confiance !

Cyrille