Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par safetyfirst

bonjour à toutes et à tous,

 

L'accident du travail est un droit, en abuser un excès.

Emettre des réserves est également un droit, en abuser un excès.

 

L'objectif de chaque organisation de vouloir réduire les accidents du travail est sein et revêt un véritable intérêt pour l'Homme et l'entreprise.

Le Tf et le Tg (surtout) ont des conséquences financières visibles à travers le taux de cotisation, légèrement indirects à travers les remplacements et le temps passé en analyse et carrément invisibles et complètement irrationnelles quand on évoque les impacts sur la production, l'image de marque, les clients,...

Cependant, le taux de cotisation est devenu, au fil du temps, un véritable centre de coûts pour les entreprises, à tel point que depuis une vingtaine d'années des sociétés se sont spécialisées dans l'analyse des compte-employeurs et la chasse aux coûts.

Chacun se rémunérant sur les gains faits pour les entreprises.

Un accident peut ainsi être invalidé selon certains critères plusieurs mois après son acceptation et une IPP contestée.

 

Il est cependant important de savoir que l'indépendance des rapports (victime/caisse et caisse/entreprise) fait que la victime (de l'AT ou de la MP) reste protégeé.

Ces contestations se faisant sur un plan purement juridique, la caisse d'assurance maladie assume seule ses erreurs.

 

Nous sommes donc sur des recherches d'erreurs juridiques qui permettent d'effectuer des économies parfois importantes (plusieurs millions d'€).

Lorsque l'on est préventeurs, il est parfois difficile d'admettre ces "contestations". L'approche éthique doit-elle  nous inciter à nous mettre en retrait en qualité de préventeur ou cette partie fait-elle partie du métier???

J'ai beau être convaincu que l'approche fait partie du métier, j'ai toujours quelques réticences lorsqu'il s'agit d'un événement grave avec IPP pour lequel les faits sont sans équivoques.

 Voilà, c'était seulement un petit billet d'humeur, car je reste convaincu que lorsque l'on fait appel à un cabinet type cost killer sur le sujet des AT, le préventeur doit impérativement être intégré.

Toute démarche de ce genre doit également faire l'objet d'un com' auprès des IRP afin d'éviter des tensions inutiles. Lorsque l'on s'appuie sur le droit, est-ce contestable???

@+

 

Jerome

 

 

 

 

Commenter cet article