Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par safetyfirst

ou : comment encore une fois éviter de parler du travail en s'accordant sur des causes/conséquences de nos organisations du travail ?

 

L'accord interprofessionnel sur la qualité de vie au travail, du 19 juin 2013, signé début juillet par les organisations syndicales CFDT, CFTC et CFE-CGC montre à quel point il est difficile de progresser dans les relations sociales en France.

 

Après (dés)accords nationaux interprofessionnels sur différents sujets : égalité, RPS, ... ce nouvel A.N.I. vers une politique d'amélioration de la qualité de vie au travail et de l'égalité professionnelle est un accord chapeau visant à regrouper différents sujets.

 

Il pose les bases du bien être au travail évoqué depuis plusieurs années.

On y évoque (naïvement) des notions d'épanouissement (cf pyramide de maslow), d'équilibre et de bien-être...

La mauvaise voire l'absence de formation des managers à la conduite d'équipes doit s'améliorer (cf le rapport du Pr DAB d'il y a quelques années).

On parle de compétitivité des entreprises à travers la meilleure ambiance de travail.

 

Tous ces sujets sont très plaisants pour le préventeurs que je suis, il vont dans un continuité, a priori volontaire d'amélioration de la S&ST et de réduction des contraintes de pénibilité.

J'ai cependant l'impression que l'objet central qui nous anime est oublié : LE TRAVAIL

 - Est-ce vulgaire de parler du travail et de ses organisations ?

 - Peut-on évoquer 44 ans de cotisations sans repenser le travail ?

 - La pénibilité se mesure-t-elle uniquement aux critères retenus par la loi de réforme des retraites?

 - Une TPE peut-elle être gérée de la même manière qu'une multinationale ?

 

Lorsque je constate qu'aujourd'hui des salariés sont en arrêt suite à des chocs émotionnels ressentis à l'issu d'un entretien, d'une tension avec un collègue. Que ces événements font l'objet de déclarations AT, nous avons un problème fondamentale de relation au travail.

Notre valeur travail a changé, d'ailleurs peut-on encore parler du travail comme une valeur ou plutôt comme une contrainte.

Ce constat concerne toute les strates des entreprises, les personnes volontaires et agissant dans le sens de l'entreprise ne peuvent plus s'exprimées - pas d'initiative, même les cadres sont dans un cadre taylorien.

 

Cet accord, comme vous pouvez le lire me semble être l'accord de trop. Nous tournons autour du sujet principal sans jamais l'aborder. Nous essayons de compenser par des accords les conséquences de ce que nous ne traitons pas. Ces accords visent à lisser, par le bas, les entreprises françaises sans s'attaquer à l'emploi et au travail dans sa dimension noble.

 

Commenter cet article