Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Jerome

De l’incertitude pour lancer les basiques en S&ST

Échanges au sein d’une entreprise de services B to B et B to C

 

Cette entreprise multi-sites est constituée de plusieurs centaines de personnes. Un constat récent amène l’équipe de direction à évoluer sur sa perception / organisation sur les sujets de Santé et de sécurité au travail (dès le début l'objectif ne se fixe pas sur les AT uniquement mais englobe l'approche santé).

Certes, il y a des accidents mais pas à un niveau aussi élevé que dans d’autres entreprises du secteur, nous sommes dans la moyenne. Il n’y a aucune M.P. connue (sans doute y-en-a-t-il mais elles ne sont pas déclarées comme cela par les salariés touchés – constat dans le cadre de mes échanges terrain !).

L’état des lieux réalisé auprès de l’ensemble des salariés met en avant un besoin d’améliorer la communication et la sécurité au travail (entre autres). J’interviens pour ce dernier pan.

Il y a quelques mois, j’ai accompagné le CODIR sur une forme d’introspection de leurs pratiques.

Nous avons construit, ensemble, une feuille de route à partir de leurs sensibilités, leur exemplarité et les basiques à respecter. Le premier objectif est de s’accorder, pour tous les managers, sur des situations à risques et pratiques actuelles plutôt qu’ajouter aux process existants.

En ce moment, je fais le tour des sites pour un second constat plus proche du terrain avec deux objectifs :

  • Réaliser un diagnostic sous forme de rapport d’étonnement.
  • Sensibiliser l’équipe de direction à l’analyse des événements non souhaités.

Ce diagnostic se déroule à 80% sur le terrain en cherchant à voir toutes les activités et échanger avec 10-15% de l’effectif. Si quelques points réglementaires sont abordés, ce n’est réellement pas l’objet lors de ces visites.

Après 3 visites de sites, les points communs commencent à ressortir. Cette entreprise possède un véritable ADN qui transpire dans ses valeurs et sa culture.

J’ai rencontré des gens engagés à tous les niveaux, des personnes disponibles et proches de leur entreprise. Une entreprise familiale avec son parler franc !

Nous avons échangé sur les règles et pratiques en place. Ainsi, l’accueil et la formation au poste, les EPI, la circulation, les formations de type SST / incendie, les matériels,…, font partie des éléments sur lesquels il est aisé de comparer le prescrit et le réel.

Nous avons également travaillé à une meilleure analyse des informations contenues dans la DAT.

Toutes ces informations nous permettent aujourd’hui d’avoir une approche qui prend forme. Elle est loin d’une route qui serpenterait uniquement autour des sujets de prévention des risques pro. Le constat montre qu’une grande part des accidents a un lien avec l’un des marqueurs de l’ADN de cette entreprise.

Ce lien se trouve dans le sens du service, véritable marque de fabrique de la société. Les salariés, au contact des clients finaux (en B to C), dépassent leur champ d’action normal en aidant à porter, à déballer, …, les éléments livrés.

Ce service est sans conteste un élément différenciant de l’entreprise par rapport à ses concurrents.

L’approche S&ST se traite souvent selon trois axes

  • Humains
  • Organisationnels
  • Techniques

Dans notre cas, obérer ce sens du service et cet ADN en axant la réponse aux accidents du travail uniquement par le biais de la SST (HOT) semble montrer ses limites.

A priori, suite aux échanges avec les 3 directeurs, il va nous falloir travailler à nouveau avec l’équipe de direction… à la compréhension des faits accidents et la place de l’organisation du travail actuelle dans l’enchaînement des causes.

Alors que la plupart de mes confrères passerait par des prestations de formation sur les approches comportementales, la ligne de tir,  … je préfère mettre mes sliders et prendre le risque de pencher fort vers une route qu'ils ne voyaient pas à l'origine...au risque de déplaire mais d'où tout le monde sortira gagnant!

Nous traçons une vision jalonnée d’étapes concrètes avec des liens ténus à la prévention des risques professionnels.

Dans ce cas, nous voyons bien que la prévention des risques est plurielle et lorsque l’on aborde les facteurs organisationnels voire ce qui fait les bases de la résilience d'une entreprise, se cantonner à la prévention pure est une erreur.

Je fais donc le choix, avec mon partenaire d’une approche systémique ce qui aide à l’appréhension de la prévention à travers un projet d’entreprise et non une particularité "sécurité"

A bientôt

Jérôme

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article