Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par safetyfirst

Le samedi 18 mars 1967, à 9h15, le Torrey canyon, navire pétrolier appartenant à la Barracuda Tanker Company, filiale libérienne de l’Union Oil Company of California, s’échouait sur les récifs des Sevenstones, situés au sud-ouest de l’extrémité de la Cornouailles. Il contenait 110.000 tonnes de pétrole brut provenant du Golfe Persique.

Ce navire était un bâtiment battant sous pavillon de complaisance.

Le navire resta échoué plus d’une semaine avant de se briser la 26 mars.

Le 27, l’épave était cassée en 3 morceaux et la pétrole commença à se répandre.

La gouvernement anglais décida alors de bombarder l’épave dans le but de détruire le navire définitivement tout en consumant le pétrole s’en échappant par l’usage de bombes au napalm. Malheureusement, seule une partie du pétrole prit feu et le reste continua de dériver.

Plus de 10 jours plus tard, le 10 avril 1967, les premières nappes arrivèrent à l’embouchure de la rivière Tréguier. La côte nord du Finistère fut également touchée dès le 11 mars.

Entre bombes et détergents, nos pratiques visaient à faire disparaitre toute trace très rapidement sans préjuger des impacts moyen-long terme. Ce sinistre marque la survenue de catastrophe maritime d'un nouveau genre face à lesquelles nous étions peu armés. Si aujourd'hui, la sécurisation des bâtiments semble s'être renforcée, nous n'en restons pas moins avec peu de ressources adaptées en cas de dispersion massive.

Sauf erreur de ma part, la dernière catastrophe maritime était celle de deepwater Horizon (plate forme de forage) en 2010 et il n'avait pas été possible d'endiguer l'arrivée de la pollution sur les côtes américaines.

Un article pour garder en mémoire que nous apprenons souvent par l'expérience et que les actes qui peuvent sembler inadaptés aujourd'hui ont été réalisés avec une conviction certaine à l'époque, selon l'état des connaissance en 1967...

Jérôme

Commenter cet article