Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par safetyfirst

bonjour à toutes et à tous,

ce dernier vendredi, j'ai eu un échange avec une collègue préventrice d'une autre entreprise. Nous avons parlé longuement sur l'intégration de l'encadrement dans toute démarche de S&ST. Nous avons pris du temps, entre autres, d'évoquer la culture sécurité et l'envie d'avancer parfois vers les visites sécurité comportementales pour réussir ce passage vers une culture sécurité.

Comme je l'ai déjà évoqué, de nombreux cabinets/ consultants vendent les visites sécurité comme une solution universelle de réduction des AT et d'entrée dans la culture sécurité.

Pour un top-management c'est une solution simpliste d'agir sur les opérateurs sans s'engager directement ni penser à son management, son organisation et ses investissements.

Comme pour toute démarche d'entreprise, avant de choisir l'outil, il convient de savoir où l'on veut aller et quel est l'objectif à atteindre. Le pré-requis indispensable est de mener ce projet sur une durée différente de la majorité des projets industriels (si l'on parle de retour sur investissement, c'est en 5 à 7 ans!). Dès lors il faut admettre qu'il y aura des hauts et des bas pendant les premières années pour atteindre l'objectif souhaitée de préservation de la santé et de réduction des expositions au risques des équipes.

Ainsi, je suis convaincu que les exercices de vision long terme couplée à un diagnostic culturel sont deux données d'entrées nécessaires pour tracer une route à 5-7 ans et ne pas en dévier. Sur cette route, les visites sécurité au poste (ou comportementales) peuvent être un outil mais ce n'est pas une obligation.

@ votre dispo pour échanger sur ce point de vue et la structuration d'une telle démarche (c'est le résultat de rencontres, lectures et Rex sur plusieurs années)

Jérôme

P.S.il est vrai que la plupart des stés proposant des démarches complètes semblent hors de prix et pourtant cela mérite de s'y pencher.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article